Page d'archive 2

Tu me manques…

Tu me manques,
Opium,
Pour vaincre ma peur.
J’ai peur…
J’ai des trous de mémoire.
Opium, tume clame que la vie est belle!
Je suis seul.
Je ne parle plus à mes parents.
Je tape ma copine…
Je suis à bout…
Je vais crever.
J’ai besoin de me défoncer.
Je deviens une loque, je n’avance plus.
Opium, je suis là…
J’ai besoin de toi…
Tu sais que l’accalmie est de courte durée.
Le néant de mes yeux vitreux me regarde.
Je suis en manque…
Opium, aide-moi!
Je dois réunir l’argent pour me soulager.
Je n’épargnerai personne.
Je volerai n’importe quoi pour Toi: Opium…
Je n’ai plus d’état d’âme.
Tu me manques…

Nécrose éclose…

Nécrose éclose...

Piqu’ose…

Piqu'ose

Le plus vaste désert…

Vous ne pouvez pas comprendre comment on se retrouve en plein désert, sans une goutte de larmes…

Vous n’imaginez pas naviguer seul sur un océan déchaîné par les fureurs de votre désespoir… 

Vous devez affronter votre solitude, votre incompréhension et vos désillusions…

Ce monde qui vous agresse et qui vous ne vous écoute plus,

Vous abandonne sur un trottoir aux regards et à l’affut des prédateurs…

Rose…

La vie en rose,
Ce n’est pas grand-chose,
On compose,
On propose,
On dispose,
On s’impose,
Et on implose…
Je me fane et je me décompose,
Je suis morose,
Pour une seule chose,
Comme m’acheter ma dose…
Une véritable psychose!!!

Ose…

Serais-tu cette jeune femme destinée à être un trompe-la-mort
Nourrie d’une terre grasse à la robe blanche sous l’herbe tendre
Au bord du mirador tu t’enfonces à révéler l’immobilité des marbres 
Le temps meurt en transe et tu danses face au condor
Livre d’or ouvert déchiré au sein du verbe rouge comme reflet

Serais-tu cette jeune femme destinée à être un trompe-la-mort
Une eau sale à l’intérieur de tes veines polarise un germe à l’ourlet
De ta quintessence pénétrant tes frontières sans passeport
Les creux de tes pores suintent encore la goutte de l’homme
Le dégoût de l’oeuvre des eaux ruisselle de caresses d’épines achromes

Serais-tu cette jeune femme destinée à être un trompe-la-mort
Où la mémoire de ta peau diaphane hurle une musique savante face au picador
Respirant cette poudre t’injectant ce liquide ton fluide transpire la voie du corridor
Glaciale chaleur vierge disparaît laissant un signal distinctif
Tu ne renouvelleras plus comme à chaque fois la loi de l’écho craintif

Serais-tu cette jeune femme destinée à être un trompe-la-mort

Publié par James Px.

Serais-tu cette femme qui coule dans mes veines?

Bonjour, Pas-grand-chose

Bienvenue,
Sur overdosefree…

12


pepmin |
ens4star |
Journal d'un sociopathe név... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon histoire
| Mes sourires...
| Tout ce qu'on ne voit pas e...